Se Libérer du passé

 

Spiritualité Urbaine

Spiritualité Urbaine

Lorsque nous sommes à l’écoute de notre corps dans ce que nous nommons le « ici et le maintenant », la réalité perçue nous indique que nous ne sommes en contact qu’avec le passé car, l’intégralité de notre corps est la synthèse complète du passé avec lequel nous sommes reconnectés au moment « T ».

Chacun de nos sens révèle une partie de notre patrimoine informationnelle. Ce qui est vu par nos yeux est reconnaissable et identifiable uniquement parce que nous l’avons déjà vu par le passé. Ce que nous touchons est relié à la mémoire de tout ce que nous avons déjà touché par le passé. Ce que nous entendons est compréhensible car cela sonne avec la mémoire des sons déjà entendus et c’est pour cela que nous les reconnaissons et les comprenons. Il en est de même pour le goût et l’odorat.

Cela implique que nous ne vivons que dans le passé en continue dans la quasi majeure partie du temps et que pour s’en séparer, il est nécessaire d’apprendre à se distancer du corps qui intègre les 5 sens et les relie à la mémoire.

Cela démontre également comment les états dépressifs se manifestent par un attachement très fort au passé qui est une prison pour le présent et le futur. Le passé est donc une interaction entre le corps physique, émotionnelle, mentale et la mémoire, une sorte de cristallisation du passé au présent. La pensée par le biais de notre mémoire interagit avec ce qu’elle connaît, ce qu’elle se rappelle. Le futur que nous projetons dans ce cas est lui aussi infecté d’une certaine façon par nos mémoires qui contiennent l’intégralité de nos peurs. La peur de revivre ces mauvaises expériences passées que nous projetons dans un futur que nous souhaitons plus radieux. Il peut alors se produire deux manifestations.

La première est qu’à l’intérieur d’un futur projeté se trouve encore la peur et par conséquent nous ne changeons que le décor de notre vie mais pas l’expérience. Ce qui implique que nous n’avons pas perçu la réalité de « qui » nous sommes et vivons au travers des substances ou de la forme triple (physique – émotionnelle et mentale) auxquelles nous sommes encore complètement identifiés.

La deuxième est que si le futur plus radieux se produit, il n’est qu’une manifestation du pouvoir que nous cherchons à exercer sur les circonstances extérieures et cela peut fonctionner pendant un moment mais ne peut être conservé sur le long terme. A nouveau, cela signifie que nous n’avons pas encore détecté pleinement « l’essentiel » que nous sommes réellement.

Avons-nous besoin de ré-apprendre à lire à chaque fois que nous ouvrons un livre ? Non bien sûr, cela signifie que si nous étions dans la réalité du Présent et dans la connaissance de notre essence, nous n’aurions pas peur de nous concentrer sur le futur car le passé, acquis par l’expérience a été intégré à notre essence. La peur n’apparaitrait plus dans l’équation du futur.

Ce manque de connaissance et d’observation sur nous-même, nous pousse à garder la mémoire de nos peurs et de nous en rappeler afin de s’assurer dans la mesure du possible que nous ne créerons pas à nouveau les conditions capables de nous amener à vivre une mauvais expérience déjà rencontrée. Sauf que c’est exactement ce que nous faisons toujours tant que la peur n’a pas été dissoute de l’équation future.

La pensée chez l’Homme est très souvent comme une graine que l’on plante soi-même et qui donnera l’arbre et le fruit contenu dans sa mémoire. Une graine ne contient que la mémoire de l’arbre et de son fruit mais non le fruit du futur. La graine qui souhaite contenir le futur se doit d’avoir un espace capable d’accepter l’inconnu, le mystère, l’intouchable, l’Un-possible.

Nous vivons dans un monde qui accorde une trop grande importance au pouvoir de la pensée. Nous croyons qu’avoir le pouvoir de la pensée va nous sauver de nous-même. Il est vrai que par la pensée, nous pouvons créer de nombreux événements extérieurs et avoir le contrôle et le pouvoir sur eux mais, nous ne serons jamais en paix avec nous-même car la vie ne se rapporte pas à ce que nous pouvons contrôler mais à ce que nous acceptons d’accueillir et qui est plus grand que soi et qui par conséquent est incontrôlable.

Nous pouvons grâce au pouvoir de la pensée devenir des personnes très efficaces dans ce monde où la demande de performance est très forte et où gagner beaucoup d’argent et réussir professionnellement est un exemple social puissant mais, nous serons toujours en profond désaccord avec nos valeurs intérieures qui seront en incapacité de se réaliser et cela entrainera des fortes crises existentielles. Nous serons plus riche momentanément à l’extérieur et augmenterons la pauvreté intérieure.

Nous pouvons observer cela avec les personnes qui ont une très forte réussite professionnelle, un très grand nombre d’entre elles n’arrivent pas à exprimer clairement qu’elles sont heureuses et celles qui le sont, mentionnent très justement que le bonheur est ailleurs et que pour l’atteindre, elles ont dû mettre du sens à leur vie.

De plus en plus de grands dirigeants de grandes entreprises font des burn-out ou se suicident car cette course vers l’avidité ne crée pas la paix intérieure. Bien au contraire, l’avidité ou une certaine assiduité à nourrir le vide intérieur propulse l’être humain vers une fuite en avant qui à bout de souffle épuise tous les corps (physique – émotionnel – mental).

Nous cherchons à briller dans le regard des autres mais cela ne permet pas une expérience intérieure riche. L’expérience de la vie se propose et se transforme au travers d’un processus d’essentialité et non de pouvoir personnel.

Nos pensées sont induites par notre culture, notre éducation, notre niveau de conscience et cela n’a rien à voir avec ce qui est essentielle à notre vie. Nous avons une lumière intérieure qui cherche son expansion. Les pensées concrètes peuvent calmer nos peurs et répondre au besoin de maîtriser son environnement qui génèrent des circonstances contrôlables momentanément mais elles n’ont aucun sens du point de vue de ce qui est essentiel à l’existence.

Nous sommes dans un premier temps à la recherche d’une première unification intérieure entre un Monde contenant l’invisible, le mystère, l’incommensurable, l’Infini et l’Eternité et un autre monde intérieur perceptible par nos cinq sens. Une pensée éclairée tend à unifier ces deux mondes intérieurs, à le vitaliser, à l’harmoniser, à le rendre plus intelligent, plus créatif, plus vrai. C’est le sixième sens ou l’intuition qui se révèle et que nous portons tous intérieurement. Ce sixième sens est une pensée dite lumineuse qui est en rapport avec l’essentiel et apporte de la clarté intérieurement et extérieurement.

Le Présent est une réalité lorsqu’il éclaire notre vie de nouveautés intérieures, si c’est connu par notre mental concret, c’est que nous sommes encore pris dans les mailles des filets du passé. Tout ce qui est connu étant lié au passé, l’inconnu seulement crée des expériences nouvelles, elles sont les manifestations de la conscience qui par son expansion, génère l’évolution dans tous les aspects de notre vie.

Pour comprendre ce qui est essentiel à notre vie il faut savoir s’arrêter un moment. Arrêter de lire, de regarder la télé, d’être sur son ordinateur ou sur son téléphone. C’est à ce moment là que nous comprenons que notre vie est en fait vide d’essentiel et c’est à partir de là que la pensée peut-être à nouveau dirigée vers soi-même afin de comprendre qui nous sommes en réalité et ce qui est important pour nous-même.

La pensée concrète existe par ce que nous existons, l’inverse est impossible. Cela signifie que la notion d’existence contient une dimension plus grande que la pensée concrète. Il est par conséquent inutile de se sortir d’une difficulté existentielle à l’aide seulement de notre mental concret ne pouvant comprendre la vie uniquement sur la base des informations qu’il possède déjà. L’existence contient dans son évolution permanente une notion de direction qui devient perceptible lorsque la volonté de contrôler les événements et circonstances extérieures commencent à se faire oublier.

Nous vivons dans un système qui définit notre évolution du point de vue de l’observation extérieure de la vie, comme l’a très bien expliqué Charles Darwin. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui se pose la question du clonage. Nous comprenons assez bien la structure de l’atome pour le copier mais ce n’est qu’une coquille vide, il ne contient pas de direction existentielle. Les atomes contenus dans un fruit sont tous mobilisés dans une direction qui amène le fruit à murir suffisamment pour qu’il finisse par se décrocher de sa branche afin de nourrir la terre ou l’humain. Son but est donc de nourrir quiconque le recueillera.

Lorsque nous utilisons l’être que nous sommes pour écouter le monde qui nous entoure alors nous entrons en conscience plus élargie, plus lumineuse et percevons les événements de notre vie avec une plus grande clarté. L’expérience humaine devrait s’observer par le biais de l’essence que nous sommes et non l’inverse. Nous cherchons à observer la logique qui relie les événements depuis l’extérieur alors que nous sommes le fruit de cette conscience intérieure qui crée les événements que nous observons.

En apprenant à nous rencontrer et à connaître le Monde depuis l’intérieur, nous sommes capables de faire le lien, de comprendre et de vivre la Lumière et sa clarté, l’Essence et son existence, la conscience et ses manifestations, l’atome et ses effets.

Le fait de rester focalisé sur les manifestations extérieures afin de les maitriser sans les relier à notre essence ou conscience, nous fait perdre le but, la direction de notre Être intérieur et de ce phénomène arrive beaucoup d’incompréhension dans notre vie. En réalité, nous pourrions dire que nous n’avons rien à maitriser et plus nous cherchons à contrôler, plus nous sommes enfermés dans notre psychologie personnelle.

Imaginons que nous devions maitriser notre respiration chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde ainsi que nos pensées de la même façon… Cette réalité difficilement appréhendable montre que la vie au travers du système Solaire et de l’Univers tout entier évolue et ne nous attend pas. Nous sommes donc poussés à l’évolution par cette force à chaque instant afin de participer à l’expansion de la vie. A chaque fois que nous cherchons à maitriser l’extérieur du fait de nos peurs et désirs personnels, nous gênons cette expansion et compliquons notre vie et cela crée les crises que nous connaissons tous.

Il nous est offert deux possibilités. Soit nous choisissons d’accompagner le mouvement de la vie et nous en vivrons l’aspect vivant, créatif et joyeux car nous participerons à cette transformation, soit nous apprenons le « lâcher prise » par les expériences et la souffrance car nous ne pouvons ni arrêter l’évolution, ni la contrôler.

Être ici et maintenant synthétise tout ce que nous connaissons du passé au présent. Être dans le Présent implique d’y inclure le futur possible de la vie, non parce que nous souhaitons modeler ce futur à notre convenance personnelle mais simplement en laissant l’espace nécessaire à l’intérieur de soi afin de permettre à ce futur meilleur de prendre vie, en nous permettant d’y participer le mieux possible.

Le futur a une meilleure perspective selon la pensée dans laquelle il s’inclut. Cela signifie que pour offrir un meilleur futur il est nécessaire de le penser non plus de façon personnelle mais globale, c’est-à-dire dans un espace, dans lequel chacun peut jouer sa rime. Cette rime individuelle à chacun mais qui participe à une œuvre plus globale.

Ce sont ces pensées globales qui amènent une transformation du Monde dans lequel nous sommes inclus. Ces pensées transformatrices du Monde amorcent notre propre transformation. Plus nous projetons un Monde lumineux, attiré par la Paix, qui a goût aux relations justes et qui s’émerveille de l’interdépendance manifeste de tous les règnes de la Nature, plus notre pensée s’en retrouvera enrichie et se déversera au travers de notre être par le fruit de la transformation.

Ainsi la pensée nous libère des attentes formelles et nous apprenons à participer chacun à sa façon, chacun à sa vitesse, chacun avec son instrument, chacun avec sa note, chacun avec sa rime.

Posez vos questions * Partagez cet article s’il vous inspire *

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire