Les 6 secrets de ceux qui ne cessent de prospérer

 

Philosophie Urbaine

Philosophie Urbaine

Comment font toutes ces personnes que nous connaissons tous et qui semblent toujours n’être que moyennement touchées par les désagréments de la vie ? Comme si, rien ne pouvait venir troubler leur sérénité, elles gardent le sourire ainsi qu’un réel positivisme sans avoir l’air d’être complètement « illuminé ». Ce n’est pas qu’elles soient épargnées par les aléas de la vie quotidienne mais c’est plutôt une posture intérieure qu’elles développent face aux événements. Un équilibre, un centrage, une force intérieure permettant d’accompagner les épreuves de la vie.

Il est nécessaire de commencer par expliquer ce que signifie « prospérer ». Généralement on attribue ce mot à un état de joie ou de richesse. Cependant, ce n’est pas un état s’inscrivant dans une finitude mais au contraire indiquant un flux qui ne cesse de grandir, de s’élargir.

Prospérer est synonyme d’évolution. Prospérer est la conséquence de toute expansion.Tout comme l’Univers qui ne cesse de grandir, est-ce qu’il prospère ? A cette question, il est impossible de répondre si nous restons sur l’aspect formel de l’Univers. Les grecs avaient déjà saisis ce concept et savaient que ce principe n’est valable que pour l’Être et non l’avoir… C’est une des raisons qui fait que beaucoup de personnes déforment ce principe et pensent pouvoir accumuler de façon infinie. Platon pensait que l’Univers avec le temps et les événements rentrait dans une certaine qualité tout comme l’Être avec les expériences de la vie.

Prospérer signifie permettre à ses Qualités d’Être de grandir encore et toujours afin d’acquérir la possibilité d’offrir le meilleurs de soi-même. Plus nous prospérons, plus nous élargissons le flux d’énergie et sommes capables de réaliser de grandes et belles choses. On ne trouve pas d’astronomes et d’astrophysiciens qui ne soient pas d’accord sur le fait que plus d’énergie se concentre à un endroit dans l’Univers et plus les manifestations qui s’y produisent sont grandioses.

Prendre acte

En tout premier lieu, il est nécessaire de prendre acte des difficultés qui se présentent. Les personnes qui entretiennent la prospérité de l’Être ne sont pas dans le déni des problèmes qui pourraient empêcher toute évolution possible. Cela demande par conséquent de prendre un peu de temps tous les jours avec soi-même afin de s’observer dans le silence et ainsi voir et comprendre où sont les causes qui retiennent notre évolution. Cela peut se faire par le biais de la Méditation mais aussi simplement par un recueillement ou un vrai moment de silence d’une dizaine de minutes afin d’observer un peu l’état de sa vie et de la façon dont nous interagissons à l’intérieure de celle-ci.

Accepter l’opportunité

La deuxième étape est d’accepter ce qui a été identifié comme les causes de notre évolution et non un problème. Les problèmes demandent à être réglés alors que les causes demandent à être dépassées afin de poursuivre notre évolution. Il est important d’accomplir ce processus sans se juger. Le jugement anéanti la possibilité de transformer les causes, il nous dénigre, il nous amoindri, nous coupe de toute créativité et ressources possibles. Acceptez ce qui est observé à chaque fois comme des opportunités permettant de prospérer est une clé très importante. Les personnes qui prospèrent savent qu’elles sont responsables de la transformation. Ce postulat permet de reprendre la main dans les moments difficiles et de se sentir pleinement acteur de la situation.

Relever le défi

Accepter l’opportunité, c’est également accepter de relever le défi. Nous parlons souvent dans le langage courant des « épreuves de la vie ». Ce sont réellement des épreuves auxquelles nous sommes soumis afin de prospérer sauf que ce n’est pas un jeu et que la victoire est l’accomplissement total de l’Être. A chaque fois que nous acceptons de relever un défi, la vie nous apporte les forces nécessaires pour les affronter et les vaincre. Qu’importe le temps que cela peut prendre. Le temps est un allié qui permet de travailler encore et encore à l’amélioration de notre Être et non un ennemi. Tout comme l’artisan menuisier sait qu’il n’est que le révélateur de la forme parfaite inspiré par le matériau lui-même et que c’est le temps seul qui apportera le patinage nécessaire à son œuvre lui donnant toute sa beauté et que seul le temps a ce pouvoir.

Mourir à l’ancien et dire bonjour au nouveau

Prospérer, c’est par conséquent transformer les causes évolutionnaires qui nous apparaissent comme des problèmes en expériences de sagesse. L’une des grandes clés des Sagesses anciennes est d’apprendre à mourir pour mieux vivre.

La Vie et la mort sont intimement liées… L’une ouvre délicatement la porte à l’autre.

Elles travaillent ensembles et sont les deux faces d’une même pièce. Apprendre à mourir à ses anciennes idées, à ses anciennes relations, à celles qui n’ont plus de sens ou d’intérêt, apprendre à mourir à des compétences qui nous ont définies pendant de nombreuses années mais qui semblent pourtant ne plus être pour nous une source de bien-être au quotidien est une réelle difficulté. Apprendre à mourir, c’est découvrir la beauté de la délivrance à l’attachement.

Il est cependant nécessaire d’apporter une clé supplémentaire à ce point car tout travail de détachement se fait en réalité par l’accueil de la nouveauté qui se présente. A chaque fois que dans notre vie une porte se ferme avec ses expériences, ses relations, ses émotions, c’est un monde qui se ferme. Cela se produit toujours à cause d’une autre porte qui s’est déjà ouverte et c’est elle qui provoque la fin d’une époque, d’une situation et permet la transition assurant l’évolution vers un meilleur pour nous. Nous refusons pourtant souvent d’aller vers l’avant et d’ouvrir cette porte qui nous attend. Nous avons peur du nouveau et cela peut nous empêche de chercher et trouver la nouvelle porte derrière laquelle un monde meilleur nous attend. Apprendre à mourir ou apprendre à murir.

Lâcher prise

Cette clé est directement liée à la clé précédente. Tout ce à quoi nous résistons… persiste ! Cela nous demande donc de lâcher prise et cela ne se fait pas sans souffrance parfois. Même si peu de personnes osent le dire. Lâcher prise est intrinsèquement relié à l’idée d’accepter. C’est accepter qu’il y a une nouvelle direction pour nous et c’est en même temps, accepter qu’il nous faille du temps pour arriver à faire la transition. Cela se manifeste justement car nous résistons mais, si lâchons prise avec l’idée qu’il nous faut absolument y arriver et acceptons le fait que nous avons besoin de temps pour avancer, pour grandir, pour prospérer alors un souffle divin semble venir nous aider à faire ce chemin. C’est une situation quelque peu paradoxale car il nous faut en même temps mourir à l’ancien pour avancer… Tout en lâchant prise sur le fait que nous avons besoin de temps pour que le travail se fasse. Ce point est le plus difficile à comprendre mais c’est celui-ci que les personnes qui prospèrent le plus arrivent à maintenir et à observer qu’importe les problèmes qui se posent à eux.

Humour

Ce dernier point est tout aussi important que les précédents car comment avancer face à l’adversité sans humour ? Le rire est un élément essentiel de la vie. Une thérapie journalière permettant de prendre de la distance avec toutes les contraintes du quotidien. Prendre le temps de rire, c’est prendre du temps pour soi, pour se faire du bien et si vous avez l’opportunité de partager le rire avec d’autres personnes, c’est encore mieux !

Nous pouvons également remarquer que les mots humour et amour sont très proches. En effet, l’humour apporte la Joie et cette émotion est directement reliée au cœur. La Joie révèle les liens indéfectibles qui existent entre nous et les autres, entre les autres et nous-même, entre nous-autres.

La Science nous dit que la vie se manifeste à certains endroits dans l’Univers car toutes les circonstances sont réunis et favorables à la manifestation. Nous pouvons constater que rien n’échappe à ceux qui souhaitent maintenir une prospérité de l’Être en toute circonstance. Prospérer est donc une conséquence intrinsèque à la vie et il n’est pas question d’avoir mais de rechercher toujours à Être. C’est se remettre dans le flux gigantesque de la Vie et accompagner son mouvement en ayant la foi qu’il nous portera toujours au meilleur endroit et dans les meilleures circonstances car toute manifestation dans la vie est favorable à nous permettre de prospérer.

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire