La Grande Bataille




Cette période est propice à une grande bataille. Il est important de saisir les enjeux de notre époque, de comprendre le caractère de ce qui s’affronte. La Vie ne nous veut aucun mal, cependant, des forces naturelles contraires agissent et ont pour effet de nous faire causer de grands troubles lorsque nous ne comprenons pas leurs mouvements et intelligences.

Le terme qui ce mois-ci décrirait à mon sens le plus justement cette réalité est la « violence ». Celle des actions politiques, économiques mais aussi la violence des rébellions face aux lois naturelles et universelles auxquelles nous ne nous soumettons pas. La violence également des propos que nous tenons à notre sujet et des autres mais aussi de nos propres pensées.

Il y a deux réponses possibles face à ce flot de violence, c’est l’inoffensivité et le silence. Nous sommes loin d’être inoffensifs et pour cette raison nous causons bien du tort aux autres comme à nous-même.

L’inoffensivité n’est pas une action en soi mais plutôt la conséquence d’une qualité d’amour maintenue en activité avec suffisamment d’effort et de concentration pour engendrer la paix. C’est un effort à soutenir dans nos choix quotidiens. Lorsque nous prenons conscience de ce qu’implique nos choix, nous pouvons décider d’impacter plus positivement notre environnement tant social que naturel.

Le silence apparaît donc comme une condition sinéquanone pour cultiver avec bienveillance, l’amour. Le silence dans nos pensées aussi, afin de neutraliser la violence de certaines qui engendrent déjà à l’état de graine, des conséquences irréversibles. Mais aussi pour se laisser imprimer par l’amour du plus grand en nous-même. Et puis le silence dans les actions qui bâtissent assurément le monde des relations.

La grande bataille est celle que l’on mène au nom de l’amour et à travers l’amour. C’est une bataille où aucun combat réel n’est à mener, où seule l’activité d’amour permet de sortir triomphant. Plonger dans l’amour ne peut pas être une action feinte, c’est l’œuvre d’une volonté intégrale qui inclut toutes les dimensions de l’être. Pourtant, comment ne pas mesurer les défis que cela suscite… il y a la théorie et la pratique. De là, vient une certaine humilité à garder un esprit ouvert et une activité orientée vers le don de soi. L’amour, dans sa grandeur, son universalité échappe complètement à notre compréhension, il peut prendre l’apparence d’un tsunami, d’un tremblement de terre ou être la conséquence d’un événement terrible car l’amour n’est pas qu’une production humaine, il est avant tout une œuvre cosmique au sens le plus large de son expression. Lorsque nous sommes affectés dans notre humanité, nous permettons à cette part plus grande en soi-même de se réveiller, de sortir du confort qui anesthésie le cœur.

Il s’agit donc d’embrasser la peur, la colère, la haine plutôt que de la combattre. Embrasser pour répondre face à la haine et à l’incompréhension que peuvent susciter certains événements. Martin Luther King parlait de « weapon of love » (l’amour pour seule arme). Il est question d’aimer au-delà des apparences et de la compréhension, au-delà de ce qui nous ressemble et de ce qui nous divise afin de rassembler en soi toutes les créations de l’humanité.

Se satisfaire de ce que la Vie nous offre est d’une grande sagesse mais on ne peut être satisfait de la condition humaine actuelle. Celle-ci demande par conséquent de s’impliquer toujours plus profondément dans la connaissance de soi, non pas pour se sentir mieux ou être plus éveillé mais afin d’ajuster avec toujours plus de finesse et de délicatesse notre activité au monde.

C’est ce besoin de cohérence qui provoque de nombreuses dualités et combats intérieurs. Les appréhender avec bienveillance et laisser toutes les facettes de son monde s’accorder à l’impermanence perpétuelle amène la paix en soi mais surtout autour de soi. Les événements actuelles dans le monde sont des opportunités inspirées par ce désir spirituel de cohérence. Se laisser aller à la cohérence est certainement l’action la plus difficile mais aussi la plus porteuse de sens car cela imprime sur l’environnement un effet direct et sans appel. Il n’y aura pourtant peut-être pas de résultats visibles immédiatement de la façon dont nous aimerions les voir mais osons œuvrer pour l’éternité et non pour cet instant éphémère où nous demeurons. Osons plonger au nom de l’amour au cœur de la grande bataille.

 

IMAGE IAN HARPER | INSTAGRAM

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire