Rythme et Rituel ou Habitude et Routine ?

La pratique de la méditation demande d’installer un rythme sincère, une habitude joyeuse, une discipline éveillante. Nous pouvons observer que toutes nos Sociétés ont toujours favorisé le « rituel » qu’il soit religieux comme les fêtes de Noël ou commercial comme les soldes dans les magasins, il a pour fonction d’agir sur l’horloge interne de chacun afin de répondre individuellement à une impulsion collective.

Cela ne vous aura aucunement échappé, nos élans humains profonds sont encore largement conditionnés par la cupidité qui transforme les fêtes religieuses en événements commerciaux et les actions commerciales en fêtes religieusement orchestrées et suivies par de très nombreux « fidèles ». Je vous laisse faire le pont avec toutes les cartes de fidélité qui nous sont proposées.

Par conséquent, réussir à installer un rituel favorisant une écologie de l’être à l’intérieur d’habitudes collectives pathogènes devient un véritable tour de force.

Je constate que les pratiquants de méditation et d’autres disciplines confondent souvent la puissance du rythme avec la force de la routine.

Tout apprentissage est un processus répétitif, un rythme à installer qui identifie un cycle dans lequel nous évoluons. C’est là, que très souvent arrive la monotonie qui confère à l’habitude le surnom de routine, celle-ci a des conséquences profondément mortifères qui amènent le pratiquant à arrêter son cheminement.

Le principe de répétition ou de rythme a pour but d’encrer un certain éveil depuis la conscience à travers tout le corps. La monotonie coupe complètement les effets d’intégration de l’éveil, on est alors comme une coquille vide car la pratique n’est pas « habitée » par notre pleine présence.

Rythme —> Joie —> Rituel

habitude —> monotonie —> routine

C’est à travers la joie que le rythme se meut en rituel. Cependant, il ne s’agit pas d’une joie feinte ou encore d’une simple émotion. Il est plutôt question de sens, de direction. Ce que je fais doit contenir un sens certain pour moi afin de générer à mon rythme un soutient réel et en faire ainsi un rituel joyeux. Si je ne sais pas profondément pourquoi je pratique la méditation chaque matin et chaque soir alors la monotonie s’installe et ma pratique se vide de toute consistance.

Le mot « discipline » fait souvent très peur car on aperçoit derrière une sobriété un peu fade voire morne mais c’est tout le contraire. Il tire son extension du mot disciple, celui qui apprend tout en pratiquant.

Si nous ne sommes pas soumis à l’éclat de la création qui émerge de l’instant présent durant notre pratique alors c’est qu’elle est tombé dans la monotonie. C’est certainement l’une des clés évidentes pour reconnaître notre niveau d’engagement. Le but ne doit cependant pas être d’apprendre quelque chose ou d’en tirer un bénéfice car là encore notre pratique serait faussée par une volonté personnelle dirigée et non un accueil bienveillant à ce qui nous est proposé. Celui qui a une pleine et profonde confiance sait que la vie n’offre que des opportunités à connaître et vivre l’unité et l’harmonie.

Lorsque nous sommes Pleinement Présent dans notre pratique, nous sommes dans l’Instant Présent et celui-ci est toujours un état de création continu et donc d’élaboration de choses qui nous sont totalement inconnues puisque non conditionnées par notre mémoire et ne pouvant donc être projetées sur le futur. Là, réside la Joie profonde qui ne s’altère jamais.

Il s’agit alors de se laisser porter par le rythme et de danser chaque instant le présent. C’est une image joyeuse qui émane de l’enthousiasme réel que connaissent les pratiquants de la méditation.

Ainsi, chaque jour la pratique est un accomplissement. Elle apparaît nouvelle, originale, insoupçonnée et inattendue.

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire