Méditosphère : L’énergie de mai/juin

Méditosphère

Méditosphère

Du 10 mai au 8 juin

La dualité, illusion ou réalité ?

Comment approcher l’unité sans comprendre la dualité ? Comment servir la vie, sans se comprendre soi-même ? Comment se réaliser sans connaître ses faiblesses ?

A toutes ces questions, nous ne pouvons pas répondre si nous n’acceptons pas de nous arrêter un instant pour stopper toute action et simplement se laisser allez à être… Même très maladroitement au départ. Il est si difficile « d’être » sans rien faire pour exister.

Notre recherche incessante vers des stimulations sensorielles créent la dualité entre ce silence intérieur qui cherche à être entendu et tous ces bruits que nous manifestons par nos pensées, nos désirs mal ajustés et nos actions non fondées. Tout cela est la cause de nos souffrances. Nous sommes toujours à l’écoute de quelque chose qui se passe en soi ou à l’extérieure de soi, mais savons-nous discerner le réel de l’illusion ?

Lorsque je marche dans la rue, si j’observe « la musique » ambiante qui se joue autour de moi par les gens, les voitures, les magasins qui s’activent tant et si bien que je peux constater que mon pas s’accélère très naturellement, je m’accorde avec mon environnement extérieur et si au contraire j’observe « la musique » qui se joue en moi alors mon pas, tout aussi naturellement, se ralentit. Il y a donc une sorte de contradiction entre mon ressenti intérieur et l’environnement.

Tandis que les événements extérieurs nous demandent de répondre aux nécessités du quotidien et de l’action pour nous accorder avec ceux qui peuplent notre entourage, ce qui est le cas lorsque nous travaillons la journée, la musique intérieure, au contraire m’invite au silence, au calme et à l’immobilité.

Bien que nous accordons notre rythme sur l’intérieur ou l’extérieur comme un simple interrupteur selon notre état d’esprit, cela n’empêche aucunement à ces deux mélodies ressenties de jouer simultanément.

Cela s’appelle la dualité, elle génère un état de confusion permanent empêchant toute créativité possible. Mais lorsque nous prêtons l’oreille avec attention et vigilance, nous observons qu’il n’y a qu’une seule musique mais trois perceptions audibles.

La première est la moins perceptible car elle est enfouie dans un tréfonds quasiment inaudible à une écoute peu entrainée. Elle est à la fois si intime et intérieure et relate la vérité et le réel. C’est elle qui anime et dirige chacune de nos actions même si nous n’agissons pas à l’unisson avec cette impression profonde.

La deuxième perception est celle nous utilisons comme référence. Nous ne savons pas quelle musique intérieurement nous entendons cependant, nous pensons savoir exactement comment l’interpréter. Cette attitude quasi automatique est due à nos croyances profondément encrées en nous-mêmes, elle va conditionner notre expérience du présent en déformant la vérité.

La troisième perception est l’expérience qui, induite par ce processus commencé intérieurement, se retrouve déformée et semble jouer à contre sens, voir même contre soi.

Ceci est une illusion car il n’existe pas autre chose que la réalité mais cette deuxième perception traduite par le biais de nos croyances en font une interprétation fausse. Revenir à la réalité demande donc d’être capable de se maintenir en un lieu où seul le silence est maître et où rien ne peut venir troubler notre écoute. Cela s’appelle la méditation.

L’état d’Unité fait disparaître toute sensation de dualité et nous maintient dans une réalité objective et factuelle où toute déformation concernant la vérité disparaît. Elle inclue toutes les parties prenantes de l’expérience. Cependant, nous pourrions même dire que l’expérience elle-même disparaît puisque nous sommes avec tout ce qui « est » dans l’instant, soit l’expérience en action.

Retrouver et maintenir cet état de paix, de calme et de Silence profond sera un défi permanent ces prochaines semaines. Cependant, il nous permettra de servir la Vie qui passe à travers soi, de cesser la « réalité augmentée » provoquée par nos interprétations erronée parce que trop occupé à gérer le bruit incessant des pensées dans notre tête et des stimulations sensorielles, pour revenir vers une sobriété apaisée et créatrice de vie et d’harmonie.

Technique de méditation : Commencez par quelques respirations profondes (sans exagération), puis laissez votre respiration revenir à un rythme naturel pendant 2/3 minutes afin d’intensifier votre concentration. 

Puis lâcher votre attention sur la respiration et restez simplement présent à ce qui « est » ici et maintenant. Ne cherchez pas à traduire, ce qui est observé, ni à le commenter. Essayez dans la mesure du possible de rester vierge de tout a priori et de rester simplement présent dans une attention fortement déployée comme si vous occupiez tout l’espace de la pièce où vous êtes et que rien ne pouvait vous échapper. Pendant 8 minutes environs.

Le but de cette méditation « Pleine Présence » est dans un premier temps d’apprendre à rassembler ce qui semble être séparé ou antagoniste, d’inclure tout ce qui « est » présent sans émettre d’opinion, sans interpréter comme nous le faisons systématiquement par une utilisation rapide l’intellect pour saisir de quoi il est question car nous ferions alors l’expérience de ce que nous reconnaissons et non de ce qui « est » présentement. 

Pour ceux qui sont plus avancés dans la méditation, en observant comment les pensées se créent, nous arrivons aux frontières du « mental » qui n’est pas le cerveau mais l’espace autour de la tête où les connexions lumineuses se réalisent et nous percevons nos limitations, nos croyances. Sans chercher alors à les transformer, il apparaît une seule et unique réalité dans laquelle tout « est » et trouve sa place. La dualité n’existe plus à cet endroit, il n’y a que unité et coopération.

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire