Le Silence de la Méditation

La voie de l'Être

La Voie de l’Être

La Voie de l’Être est une continuité d’articles qui traitent de la Méditation et de la question du rapport entre l’Esprit et la matière, entre le Ciel et la terre, le masculin et le féminin, la présence et l’absence, le macrocosme et le microcosme, le yin et le yang.

Pour comprendre ce que signifie le Silence en ce qui concerne la Méditation, il est nécessaire d’avoir une vue détaillée de l’être humain.

L’humain se compose de trois corps, le premier est celui que nous connaissons le mieux grâce à la biologie et les progrès incessants de la médecine, c’est le corps physique fait de matière organique mais fonctionnant comme une mécanique de précision entre les différents organes. Il n’y a qu’à observer comment notre corps gère l’absorption de la nourriture, la dissèque pour enfin en extraire les besoins essentiels et en rejeter les aspect de surplus ou non-nécessaire au corps pour accomplir sa mission journalière.

Le deuxième corps est celui des émotions que l’on pourrait visualiser comme un nuage englobant depuis la taille, la partie supérieure du corps et qui représente en continu notre état d’esprit ou encore notre climat personnel avec des orages (colère), des pluies (tristesse), absence de soleil (la peur) et le soleil en plein feu (joie).

Le troisième est notre corps mental, il est symbolisé par une lumière entourant notre tête et stimulant positivement ou négativement les connexions neuronales en fonction de sa relation avec le corps des émotions et sa relation intuitive à la vie Essentielle.

Il y a 4 types de silences que l’on peut distinguer précisément. 

Le premier silence est celui du corps physique qui est ressenti lorsque nous arrêtons de mettre notre corps en mouvement. Une immobilité permettant au corps de se relaxer et de retrouver son bio-rythme naturel tout en maintenant une intention et une concentration intérieure.

Le deuxième est le silence émotionnel résonne lorsqu’on revient à un état de neutralité ou de passivité émotionnelle. Lorsque nous accueillons la réalité présente telle qu’elle est et non telle que nous aimerions la voir, nous coupons les effets de la frustration car ils sont également accueillis comme faisant partie de l’expérience de l’instant.

Le développement de notre capacité à accepter chaque moment comme étant des opportunités que la vie nous apporte pour grandir et offrir le meilleur de ce que nous sommes au Monde est une puissante affirmation de notre volonté à accompagner l’expérience de la vie et non à la combattre.

Ensuite, notre sensibilité peut se mettre à l’écoute du monde intérieur, elle ne s’occupe plus des affres de l’environnement quotidien dont on sait qu’ils ne sont que le chemin de l’expérience.

Le troisième silence est celui du corps mental. Il est le plus difficile à obtenir généralement car il nous demande de lâcher-prise sur nos pensées. Il n’est pas possible d’arrêter les pensées car c’est le but de notre cerveau de transformer des milliards de données perçues chaque seconde en information compréhensible par notre intellect. Il s’agit donc d’accepter cette réalité et de laisser les pensées aller et venir sans chercher à les suivre mais simplement en les observant.

De cette façon, le mental encombré ne peut plus nous détourner de ce qui est vivant dans l’instant malgré l’activité incessante des pensées.

Cela revient à prendre la hauteur où les pensées deviennent observables comme si nous étions posté sur le toit d’un immeuble et que nous regardions le traffic des pensées se klaxonner et affluantes toutes dans une même direction en se coupant la priorité sans que cela n’est de prise sur nous-même.

Le quatrième Silence est celui que nous recherchons vraiment mais qui n’est accessible qu’après avoir mis en silence tous les autres corps.

Pour comprendre d’où provient ce dernier Silence, il nous faut à nouveau distinguer deux parties agissantes continuellement en nous-même. L’expression « Être humain » n’est pas anodine et nous éclaire prodigieusement sur cette réalité intérieure. L’humain est constitué comme nous venons de le voir, de trois corps assez faciles à distinguer, ils sont faits de matières physique, émotionnelle et mentale. Ces trois corps sont comme notre maison dans lequel l’Être essentiel habite. Lorsque nous contactons l’Être que nous sommes fondamentalement, nous entrons à son contact dans un Silence impérieux, profond et paisible.

Ce Silence est celui dans lequel se découvre l’équilibre intérieur humain nécessaire pour affronter les épreuves de la vie et qui font converger les nécessités du quotidien avec les réalités de la vie intérieure.

Ce Silence n’est pas une absence de bruit mais « le Son de l’Être »  ou « l’aspect Fondamental de l’Être » qui résonne dans le cœur de chaque être vivant. C’est le Son de l’Intuition qui nous guide en fonction de ce qui est juste et non plus selon un modèle basé sur le choix entre le bien ou le mal.

Être et Âme ici sont synonymes et ce Son qui en émane est l’expression de la Joie qui est Unité avec la vie partout dans l’Univers. Il n’est qu’Harmonie fondamentale et chante la symphonie de l’Âme.

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire