L’Ecosystème de l’Être

La Voie de l'Être

La Voie de l’Être


La Voie de l’Être est une continuité d’articles qui traitent de la Méditation et de la question du rapport entre l’Esprit et la matière, entre le Ciel et la terre, le masculin et le féminin, la présence et l’absence, le macrocosme et le microcosme, le yin et le yang.

Nous sommes invités ici à observer comment nous faisons à la fois une expérience spirituelle, infinie, éternelle et globale dans un corps fait de matière intelligente, finie, limitée et éphémère. Cette expérience unique pour chacun et universelle dans sa manifestation apparaît comme désuète dans la petite vie ordinaire de notre quotidien et pourtant flamboyante dans la façon dont cette universalité parle à notre cœur et nous rapproche avec émerveillement de ce que nous croyons être éloigné de nous éthiquement, idéologiquement ou encore sensiblement.

Pour cela nous devons débuter par étudier et comprendre le terrain sur lequel l’expérience se déroule, l’être humain.

Ecosystème exclusif

Lorsque nous parlons de l’être humain, nous relatons toujours deux réalités. La première, celle de l’humain est un écosystème exclusif, cela signifie que l’ensemble représentant un humain a des besoins et qu’ils engendrent un processus de mise en mouvement afin de pourvoir à ceux-là.

Certains besoins sont orientés physiquement afin de répondre aux nécessités de survie des organes vitaux et permettre une bonne santé physique, d’autres sont orientés émotionnellement permettant le bien-être de chaque individu et enfin les derniers besoins sont psychologiques et répondent à un certain nombre de pourquoi existentiels et offrent une relative fluidité dans les rites des différents passages entre l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte et la maturité.

Cet écosystème exclusif va développer au fur et à mesure de son évolution un égoïsme certain et un individualisme le poussant à un grand séparatisme entre lui et les autres afin d’assurer de la façon la plus efficace possible, la survie nécessaire de ses besoins.

Cette réalité humaine crée des frontières physiques, émotionnelles et psychologiques entre l’individu et la nature, les animaux et ses semblables. Cela engendre un comportement sélectif et de prédation, une sélection naturelle ainsi qu’une forme de darwinisme sociale. Ces comportements créent des humains toujours orientés vers leur propre profitabilité, jamais rassasiée, ils deviennent négatifs, critiquent et se plaignent, ils utilisent leur intelligence au détriment de l’environnement social et environnemental.

Ecosystème inclusif

Cependant, l’humain est habité lumineusement par l’Être qui est un écosystème répondant à d’autres principes qui sont inclusifs, collectifs et positifs. L’Être est fait de qualités naturelles d’amour, de bienveillance, de joie profonde, de solidarité et de compassion.

Cet écosystème se déploie organiquement en symbiose avec son environnement car chaque pensée inclut la réalité de tous ceux qui créent et participent à l’Humanité. Il est en unité absolue avec la nature, les animaux et l’Univers dans sa globalité. L’Être imprime joyeusement et positivement son environnement naturel, social et sociétal car il est un avec les siens. Il est indissociable, indivisible du reste de l’ensemble que forme la vie dans toutes ses expressions. L’Être ne reconnaît pas l’individu ou un élément de façon isolée du reste du Tout, Il pense, s’exprime et agit de manière collective, globale et inclusive.

L’Être, dans son abondance infinie applique toujours une mesure juste à sa nécessité d’expansion inclusive, cela signifie qu’Il émet toujours la plus juste et parfaite dose d’énergie afin de vivre l’expérience permettant l’expansion de l’Être dans sa globalité. L’Être, n’a pas peur de manquer et n’a besoin de faire des provisions d’énergie car Il sait qu’elle dispose toujours de toute l’énergie nécessaire à faire grandir ses qualités. Contrairement à l’humain, cette autre part de nous-même, par peur de ne pas pouvoir survivre va chercher à provisionner, engranger le plus possible et va gêner la circulation de l’énergie. Nous reconnaissons bien là notre mode de fonctionnement avec l’argent.

Au delà de la souffrance

Ce n’est que lorsque l’humain est fatigué de ses nombreuses expériences de souffrances et de répétitions successives de schémas familiaux, éducationnels et environnementaux qu’il peut se mettre en chemin à la rencontre de cette autre réalité qui l’habite qu’est l’Être. Ces deux écosystèmes continuellement nous animent mais inconsciemment au début et cela crée de nombreuses contradictions intérieures qui sont vécues comme tout autant d’incohérence et de paradoxe dans notre vie quotidienne.

Devenir un être humain ou un humain responsable signifie conjuguer ces deux écosystèmes ensemble et consciemment afin de reconnaitre l’esprit global, absolue et collectif de l’Être s’exprimant au travers de chaque atome de l’Univers.

Nous pouvons ainsi reconnaître nos propres besoins mais chercher alors à y répondre par le biais de l’Être qui est abondance. Les besoins physiques auront toujours des réponses physiques mais les besoins émotionnels et psychologiques trouveront des aspirations et inspirations biens plus profondes au travers de l’Être essentiel que nous sommes. Ainsi, nous explorons, nous expérimentons, nous grandissons de façon harmonieuse, inclusive et intelligente avec le monde, l’Univers, la Vie.

Ajoute toi aussi un commentaire

comments

Tags: , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire